La place de l’hypnose d’accompagnement

Aujourd’hui j’ai pris la décision de renommer mon accompagnement avec l’hypnose ericksonienne comme une « hypnose d’accompagnement ».

Je peux continuer à l'appeler « hypnose thérapeutique » ou « hypnothérapie », puisque les effets thérapeutiques de l’hypnose ne sont plus à démontrer.  Cependant, le mot thérapie dérange les médecins et les psychothérapeutes, mais aussi mes clients qui viennent pour un accompagnement. Il me met moi dans une posture délicate car je ne porte pas de diagnostic ni ne soigne et je réfère mes clients aux spécialistes pour ce faire.

Malade, moi  ? Thérapeute, toi ?

Mais que s’agirait-il de soigner en fait ? Devrait-on partir d’un postulat de maladie ou de mal-être pour effectuer une intervention hypnotique ?

Ma formation de coache et de spécialiste de la relation d’aide m’invitent à être dans une posture d’accompagnement. Ce qui est important dans cette posture, c’est son orientation, vers les solutions, vers l’avenir avec l’établissement d’un objectif à chaque séance. C'est un accompagnement à quoi exactement ? et bien au changement désiré.

Dire "je veux changer", ce n’est pas la même chose que se percevoir comme « mal portant ». Il arrive que la maladie ou le mal-être soient à l’origine d’une demande de changement. Grâce à eux, la personne perçoit que quelque chose doit changer et en effet c’est souvent le cas. C’est pourquoi le lien existe entre l’accompagnement au changement et la thérapie, mais l’intention de chacun d'entre eux est différente.

Ce que vise vraiment l'accompagnement

Dans la thérapie, le thérapeute se concentre sur le soin, le présent. Il se concentre aussi sur le problème, éventuellement sur ses racines, le passé, avec l’analyse.

Par contre, mon accompagnement vise résolument l’émergence d’une nouvelle personne, avec de nouvelles stratégies, de nouvelles perceptions, de nouvelles interactions avec elle-même et avec les autres.

La beauté de ce travail est qu’en recherchant cela et en accompagnant avec l’hypnose, une réécriture des circuits neuronaux se produit. Cela est bien documenté et expliqué scientifiquement. Cette réécriture permet souvent la guérison comme un effet collatéral, car les anciens schémas internes, dysfonctionnels, sont remplacés par de nouveaux, appropriés à l’état désiré.

Oui, vous avez bien compris, la guérison est souvent un effet secondaire de l'accompagnement, qui va au delà. L'accompagnement permet même souvent une renaissance.

L’hypnose d’accompagnement est basée sur une compréhension de l’interaction entre les modèles internes de la réalité et nos données sensorielles qui forment l’activité cognitive. En tant que spécialistes de l’induction et de la suggestion, nous aidons le client à se représenter lui-même et son histoire différemment, ce qui lui permet d’avoir ce qu’il recherche : de nouveaux comportements, une satisfaction de ses besoins, l’atteinte de ses buts, une nouvelle maitrise émotionnelle et sensorielle, un alignement avec ses aspirations profondes que nous réussissons à identifier.

Les étapes du changement

Pour apporter cette aide, nous nous basons sur ses ressources propres et nous explorons ses limitations, ses mécanismes, ses conflits internes, ses tensions émotionnelles qui freinent son besoin de changement.  Il n’est parfois même pas besoin d’explorer cela, c’est ce qu’on appelle des interventions ultrabrèves ; il arrive qu'on demande à l’inconscient du client de faire lui-même ce nettoyage et de le poursuivre au-delà des séances. Nous pouvons en effet à cet endroit de l’accompagnement faire des interventions « sans contenu », sans que le client ait besoin de nous expliquer ce qui ne va pas ou ce qui s'est passé, dans la mesure où on s’adresse à son inconscient qui lui, quelque part, sait.

Puis, notre savoir-faire en hypnose ericksonienne, en clean-language, en PNL et diverses autres techniques nous permet d’activer les modèles existants pertinents déjà présents chez le client et de proposer de nouveaux modèles internes efficients. Nous redonnons au client du choix là où il n'en avait plus, du mouvement là où c'était figé. Et c’est ainsi que notre client progresse vers la réalisation de ses objectifs.

Concurrence, complémentarité, hiérarchie

L’hypnose d’accompagnement n’est pas en concurrence avec les psychothérapies. Ce n’est pas non plus une approche complémentaire. C’est quelque chose d’autre, qui éventuellement renforcera le travail effectué dans les approches traditionnelles de la thérapie. Ce n'est pas non plus une approche spirituelle, même si elle vient croiser de nombreux concepts issus de la spiritualité, et de ce fait renforce aussi celle-ci chez nos accompagnés.

Je l’ai utilisée au début de mes coachings comme outil d’accompagnement mais elle est bien plus que cela. Elle est une méthodologie qui se situe au cœur des processus cognitifs et c’est grâce à cela qu’elle permet des avancées phénoménales qui dépassent les découpages habituels de « développement personnel », « apprentissage », « thérapie », « soin ».

Merci à Cyrille Champagne pour avoir mis les choses en ordre, à Melissa Tiers pour « Coaching the unconscious mind » et à John Overdurf pour "All you are is change".

Partagez sur les réseaux !

A propos de Frédérique Mehrez

Coache PNL, Maitre praticienne en hypnose ericksonienne, passionnée par les thérapies brèves, le changement rapide et la neuroplasticité, j'aime accompagner les personnes qui me font confiance vers leurs objectifs et plus encore.